« Quelques questions... | Accueil | Réflexions sur la communication de Ponts Alliance »

25 septembre 2007

Commentaires

Alain Somia-Tauléra

Je tire une conclusion inverse de celle de Jacques sur la diversité des professions. En effet un ancien se reconnaitra dans un groupe professionnel(ex.IT ou Conseil) alors que la dominante Génie Civil ou Aménagement des débats ou de PCM l'éloignera de l'Alliance.
C'est d'ailleurs astucieux de s'unir parfois au G9 pour avoir un minimum d'auditeurs!

eric BRASSART

la revue PCM est nulle; faite de pubs et d'autoglorifications .... c'est la plus mauvaise des revues d'anciens élèves ! et pourtant c'était une bonne revue jusqu'à il y a 10 ans . c'est pourquoi on n'a pas envie de s'y abonner ; d'ailluers, je vais cesser de m'y abonner ...

Gilles HENRY

Vous ne donnez pas le taux d'inscription pour les Ponts... mais on devine qu'il est bien en deçà.
Je risque une explication : comparé à ces autres écoles, l'ENPC est une "fausse-généraliste" : ses anciens élèves travaillent dans des domaines très divers, mais Ponts Alliance (sous l'influence des corpsards ?) reste trop centré sur la culture BTP... J'en suis un exemple : ayant dès ma sortie pris une autre direction, je n'ai jamais éprouvé le besoin de payer ma cotisation... mais comme vous voyez, je me tiens au courant !

Mathieu

Tout d'abord je dirais que oui, ces pourcentages font rêver mais que surtout il faut ramener cela aux services apportés. Pourquoi un taux aussi bon ? Peut-être parce qu'ils apporteent quelque chose de valeur. Il n’y a qu’a trainer du coté de https://www.groupehec.asso.fr/ pour se faire ne serait-ce qu’une petite idée …

Secondement je dirais qu’un blog par définition ca se veut intime et par conséquence oser dire les choses, se mettre un peu à nu. Si tel est la volonté de ce blog il serait bien d'afficher le taux de l'ENPC en comparaison.

Yves ALGRIN

Je ne suis pas d'accord avec Eric : PCM est une bonne revue pour ceux qui s'intéressent aux sujets traités (comme consultant en stratégie, j'ai exploité plusieurs numéros qui se traitaient se sujets connexes aux miens). Je crois que les comparaisons à HEC, Centrale ou l'X mettent surtout en évidence les avantages de l'effet de taille : la "famille" Ponts, même hyper élargie, reste un mini-microcosme sans réels moyens. L'avenir est sans doute dans le regroupement avec d'autres "petits" qui nous ressemblent (Mines, SupAero, Telecom, ENSTA ?) Je ne sais pas si ce rassemblement n'aurait pas plus de sens que celui de Paritech ou des regroupements des "Ecoles des Mines" ou "Centrales" qui mélangent un peu le bon grain et le grain moyen (je parle aussi en tant que recruteur...)

Nicolas Salmon-Legagneur

Bonjour,

Pourrait-on imaginer, à l'image des anciens de Sciences Po, des réunions thématiques autour d'un repas, accueillant non seulement les anciens de l'école, mais aussi toutes sortes de personnes intéressées par le sujet et par le réseau relationnel ainsi créé ? Le thème choisi ferait l'objet d'un exposé présenté par une personnalité invitée, originaire ou non de l'école des Ponts.
La diversité des origines et des parcours me semble stimulante.
Je suis moi-même devenu aujourd'hui architecte, gérant d'une société d'architecture à Marseille, avec un début de carrière en 1992 chez GTM comme conducteur de travaux, et un passage par Sciences Po par intérêt pour les sciences humaines...

colom

Constat :
1- centralisation parisienne des évènements
2- aucune manifestation intéressante si on enlève 1 repas annuel et au mieux 1 visite de chantier
3- le bechmark régional avec les mines et l'uris ne tient pas la route : motivation pour cotiser ?
4- il existe un réel besoin de réseau. Le réseau des anciens des ponts existe-t-il en province ?

Besoin :
1- le groupe des mines organise 1 fois par mois des dîners débat sur des thèmes variés ratissant 25 MP de la région
2- les aspects de mobilité professionnelle et de création de réseaux intéressent sans doute beaucoup de ponts en région
3- créer un vrai réseau d'échange / organiser sur une base mensuelle des conférences sur des sujets variés (coaching, mobilité, carrières, méthodologies de gestion d'entreprise...)

remède(s)?
1-faut-il faire éclater les groupes actuels au profit de régions plus vastes dotées de moyens pour organiser des ateliers et conférences (Lyon + grenoble + bourgogne ...)- Favoriser l'attractivité du contenu plutôt qu'une proximité sans contenu
2-faut-il créer des groupes mixtes avec d'autres écoles ?
3-comment créer un vrai réseau d'échange non formel (internet...?). ce sujet fait l'objet d'une réflexion au groupe des mines

En synthèse, si le réseau constitue une forte attente de la part des anciens, le nôtre me semble inexistant en province. C'est pourtant aujourd'hui une composante essentielle de la réussite professionnelle = conseillerons-nous à nos enfants de faire les PONTS ?

Pascal CHAUVEAU

Bonjour,
Selon moi l'implication des anciens dans leur école passe par la communication. Les newsletter sont intéressantes et nécessaires mais un support type revue serait surement plus "ludique". Or aujourd'hui nous ne disposons que de la revue PCM qui concerne essentiellement le génie civil alors même que la majorité des Ponts travaillent dans des secteurs bien différents. Une revue qui prenne en compte cette diversité nous pousserait davantage à nous y abonner et à nous intéresser à cette école qui, je crois, se veut "généraliste"

Thierry Simoulin

Et le montant des cotisations, qu'en est il? celle des Ponts très chère est à rapporter aux services rendus. Adhérent par intermittence depuis ma sortie des Ponts, je dois constater que le réseau est inopérant même s'il fonctionne ponctuellement de personne à personne lorsqu'on s'est bien renseigné. 150€ l'annuaire c'est tout de même quelque chose. Quant au corps, ma foi c'est un monde à part et clos. Bien que très actif mais quel intérêt pour les civils?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.